KOUTHIA : Chefs de village, Imams et Notables de la communauté soninké du Boundou décident de parler le même langage

Ce dimanche 28 février s’est tenue une rencontre des Chefs de village, Imams et Notables de la communauté soninké de Boundou .  Il était question de discuter et de débattre sur les cérémonies festives et funéraires de la communauté.

L’ordre du jour a été axé sur  l’autopsie des cérémonies funéraires. le bamboula des autour des cérémonies de mariages et baptêmes. Sur le premier point, il a été retenu que les funérailles sont des moments de grande tristesse de recueillement et de prières , de ce fait, la conscience collective , la morale , la tradition et de surcroit la religion n’accepterait que le bon comportement et que ce dernier est complètement relégué au dernier plan.

Fort de ce constat, des amendements ont été adopté pour proscrire certains égards de conduite voir ostentation : si l’enterrement est prévu pour 10h il est recommandé de faire juste une petite collation pour les hôtes. Tout petit déjeuner digne de son nom est formellement à éviter pour les riverains ou autres villages proches. 

Si toutefois, l’enterrement est prévu à 14h, il n’est pas exclu l’idée d’un repas. Sur le second point, il a été aussi évoqué que les cérémonies festives comme le nom l’indique doivent être des moments d’instance joie de communion et d’entraide mais jamais être des moments de déshumanisation, d’ostentation et de gâchis permanent.

Par conséquent pour parer à ces dérives ou écarts de conduite qui n’ont de source que le m’a tu vu, la communauté s’est attendu sur quelques points.  Pour les mariages une seule voiture suffit et le nombre de passager ne doit pas dépasser 15 personne y compris la mariée tout le convoi est prié de quitter  les lieux de la cérémonie le samedi matin excepté la dame et qui doit jouer le rôle d’éducatrice de la mariée et d’une de ses sœurs ou amie qui doit aussi rester à son chevet.

La  femme qui au paravent faisait office de mère de la mariée ( mañio mma) doit aussi partir pour permettre à la mère biologique de venir lors de sortie de la mariée.  Les hôtes ne doivent plus rester dans la famille d’accueil. Les « hôtesses » à outrance ne sont plus recommandées. La cérémonie du mercredi est à proscrire, l’étalage de savoir (habits valises chaînes bol etc..) de la mariée lors de cérémonie prières et de recommandation des notables du vendredi soir est aussi à abandonner.

Pour le baptême, il est recommandé de la célébrer la façon la plus sobre que possible. Un sacrifice en animal après la nomination du bébé est largement suffisant. En résumé voici en substance les quelques décisions prises lors de la rencontre.

Pour rappel, il n’est nullement question de complètement interdire quoique ce soit mais de rappeler le sens de responsabilités et de devoir de tout un chacun. La communauté est la nôtre, nous devons tous veiller autant que nous sommes à l’honorer plutôt qu’à la desservir. Les Imams et Chefs de village ne peuvent en rien apporter les changements escomptés si dans chaque maison le Père de famille ne joue pas pleinement son rôle. 

Le collectif des Chefs de Village et Imams Soninkés du Boundou

2GMEDIAS 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 10 =